Revenu d'Albi

Publié le par Pierrot Lerat Vanstaen

Fini notre beau camion amenagé, c'est en fourgon que nous arrivons, staff réduit sur le paddock d'Albi.
Pour ce week end, le team JP motos Plein gaz fait léger.
Afin de tester la nouvelle structure mise à dispo par la concession, ce n'est qu'à 3 que nous nous sommes rendus à la 5è épreuve du championnat de France SBK.

Vendredi matin. Première libre.
Nous repartons avec une moto aux bases de Ledenon.
Je reprend mes marques et tourne dans un rythme moyen.
Pour la 2nde libre, Lolo et Wiliam m'installent un nouvel amortisseur.
C'est le tout dernier modèle Bitubo. De plus Il a été modifié pour mieux réagir aux ressorts "hard" que j'utilise.
C'est que du mieux. Mes sensations sont de suite plus précises, et les modifications apportées par Lolo sont toujours super réactifs.
Une bonne note pour cette première journée bien que nous n'ayons pas de chronos pour réference.

Samedi.
Je m'élance avec un train de pneus neufs et rapidement je me place dans le top 10.
Je calme le jeux et préfere continuer de travailler doucement les réglages pour préserver les pneus.
En fin de séance, je vois un pilote de devant qui rentre aux stands et repart en pneus neufs.
C'est ma chance. Je n'ai pas de pneus qualifs (budget serré) alors une roue peut m'aider à regagner des places sur la grille.
Mais alors là !!! Pourquoi ? Je n'ai rien compris.
1er tour doucement, rien d'anormal.
2nd tour pas très vite, peut être un peu long à chauffer le pneu,
3ème tour pas plus vite, merde qu'est ce qu'il fait ?
4ème tour, gentil, put... fait ch.. je le passe mais c'est 1seconde moins vite que mes chronos.

Je suis déçu de ma fin de séance. Tout était parfaitement bien calculé mais une mauvaise roue et c'est malheureusement en 15è position provisoire que nous sommes.
A seulement 1 sec de la 5è place tout de même.

Rien de perdu pour l'après midi.
Dunlop nous motive.
Paul veut nous faire essayer un pneu qualif.
D'après lui nous pouvons rentrer en superpôle car tant que tous les autres pilotes sont encore en pneux de course, nous sommes dans le top 10.
Validé !
Quelques tours tranquilles pour valider les réglages et je rentre.
Nouvelle série de tours mais beaucoup plus rapides cette fois.
Moins d'une seconde et demi de la pôle. Je suis  8 !
Il est temps de mettre le pneus qualif. Il nous faut 0.7 seconde pour rentrer en superpôle.
Pourtant, je suis inquiet ! Dans mon dernier tour une sensation bizarre est venue me troubler. Lolo ne trouve rien, alors, je débranche et repars.
Pas bien loin ! Dès le premier virage je confirme, il y a un gros soucis.
Je rentre tout doucement pour ne pas abimer le pneu qualif. (au prix que ca vaut)
Bilan, la tige de l'amortisseur s'est désserré.
Et m...
14è sur la grille de départ. C'est rageant. Je reste convaincu que j'avais ma place sur la 3è ligne de la grille de départ. Je ne sais pas si j'aurais pu aller chercher ma première superpôle dès ce week end mais 0.2 sec de mieux, et la 3è ligne était pour nous.

Warm up, nous validons le 2nd amortisseur.

Quelques réglages à ajuster et c'est parti pour la course.
1 départ, 2 départ, ... Vous avez suivi les courses, la première chicane nous a un peu perturbés je crois !
3è départ c'est le bon.
La pluie semble vouloir s'inviter mais 30 pilotes sont là pour la faire reculer.
Je me concentre sur mon châssis pour ne pas me faire piéger surtout avec ce nouvel amortisseur que nous n'avons pas eu le temps de mettre super au point.
Après quelques tours, je suis en confiance.
Je regarde devant moi et alors que je suis panneauté 13è, je compte 11 motos devant moi dans le même paquet.
Seul Erwan Nigon a su s'échapper.
Je décide de remonter quelques concurrents pour aller voir mes copains en tête de peloton.
Mais je suis rapidement ralenti par un manque de frein.
A vouloir freiner plus tard pour tenter des dépassements, je n'ai plus de mordant du tout.
Puis tout autre problème je perds de plus en plus de gripp, je me méfie et .......  c'est pas passé loin.
La moto ne réagit plus normalement, je rentre au stand.
Je connais cette sensation, je l'ai vécu hier ! Le second amortisseur vient de nous lacher.

Faut vite penser à la 2nde manche, pour ne pas s'enerver.
Lolo et Wiliam se chargent de remonter le premier amortisseur après avoir trouvé une solution pour le recoller.

C'est quasiment le début de soirée quand notre départ est donné. Beaucoup moins énervés que dans la matinée, nous passons tous le permier virage.
Comme le matin, je me retrouve en queue de peloton et dès le 3è tour alors que les chronos s'affolent, je suis obligé de rendre la main.
Je n'ai plus de frein. Une place dans les points est sauvable. Je dois aller chercher la ligne d'arrivée.
Peu à peu mes concurrents s'échappent, je suis blasé et dois me contenter de les laisser filer.
Après une course interminable, je franchi la ligne en 15è position.
C'est un maigre point de satisfaction, alors que comme le matin, je suis certain qu'une 10è place était possible.

On rentre bien déçu de notre week end si on regarde le classement.
Mais une nouvelle fois, je sais que l'on a fait un pas en avant et il faudra le prouver lors des 2 dernières épreuves du championnat.
 

Publié dans pierrotlerat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DELPHINE 09/07/2008 11:34

ne soit pas déçu, tu as sans aucun doute donné le meilleur de toi-même, et c'est sûr tes efforts seront récompensés!!!Magny-Cours t'attends!! et avec "ta force tranquille" tu y arriveras...en tout cas, on te suis et t'encouragesau loin de la france d'en haut à droite!!